#4 histoire d’une reconversion réussie – Prendre un coach

Aujourd’hui, j’ai été voir mon coach… Et Au secours !!!!!

Pourquoi j’ai pris un coach ? Passons déjà l’expression qui semble très tendance « je prend un coach »… c’est à la mode, ça fait genre… mais dans mon cas, ce n’était pas la raison, prendre ou voir un coach, c’est une décision mûrie et réfléchie pour moi. En effet, étant très autodidacte, j’ai la fâcheuse tendance à faire énormément de choses par moi même… Clairement, je n’aime pas trop qu’on me dise ce que je dois faire ou ne pas faire, j’ai l’impression que cela me casse dans mon élan. Mais cette fois ci, je me suis dit qu’il me fallait quelqu’un qui me dévoile en face mes vérités, quelqu’un qui me fasse bouger en allant me titiller là où ça fait mal et qui surtout me redonne de l’élan… En effet, je suis arrivée à un point de ma vie où je casse toute seule mon élan ! (mais je me soigne, … je vois un coach ! :-P)

Et ça marche ! Je me sens mal… Il est doué pour me faire rougir de honte quand je lui parle, quand je lui dis comment je pense… Puis, il me rattrape, cherche la petite bête, il m’aide à aller chercher ce levier qui va me remettre sur les rails. 

En effet, j’ai mon projet de vie en main, je sais déjà vers où aller, mais je ne sais pas ce qui se passe, j’ai peur d’avancerj’ai peur de traverser… ça paraît peut être anodin pour vous, mais c’est me dévoiler, montrer ce que j’ai au fond de moi qui me fait peur, moi qui ait tellement porté de masques… 

Le 18 sept 2018, voici ce qui est sorti de mon Journal Créatif
Extrait de mon Journal le 18/09/2018, je suis de dos, regardant ce chemin devant moi. Une rivière me coupe du chemin… Je me disais avoir besoin de faire le vide en moi, de trouver ma présence paisible, … c’est ce qui arriva quelque mois plus tard…

Du coup, durant la séance, on a travaillé à comprendre comment je pensais, … et en fin de séance, je lui ai dit que j’allais faire une action vers ce projet ce week end… mais je sens bien que je n’étais pas sûre de moi quand je le lui ai dit cela… ça sonnait faux, je pense qu’il l’a vu aussi…

Il m’a donné en parallèle comme exercice de me faire critiquer le  plus possible, d’avoir des refus le plus possible ! AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAhhhhh non !!! non… !! 

J’ai dit que je le ferais mais c’est trop dur, trop de dur… parce que je n’aime pas être rejetée, je n’aime pas qu’on me critique… et pourtant, c’est en étant critiquer qu’on affine son projet, qu’on sait si oui ou non notre projet est viable et permet vraiment d’aider les autres… 

Je ne me sens pas vraiment capable de faire ce que j’ai dit à mon coach en tout cas pas ce week end alors pour ne pas laisser cela sans rien, j’ai fait la liste des choses que je pense devoir faire absolument avant de réaliser sa demande et je me suis donnée une date. Fin de cette semaine, je me lance. C’est sur ! 

Et si mon projet n’était pas fait pour moi ? Si ce n’était pas ma destinée et que je me trompais? … l’avantage c’est que je n’aurais plus à passer mon temps à y penser et j’utiliserai cette énergie à faire autre chose de ma vie, mais est ce que j’arriverai à rebondir ? J’aurai mis tellement mon cœur à ce projet, tellement de moi… Revenons dans le présent ! 

Mon coach m’a dit quelque chose d’intéressant… Il m’a dit que ma solution fasse à une critique, c’est de m’éteindre, de faire un pas en arrière,… c’est ma solution de repli facile, ma zone de confort, c’est ce que je fais de mieux dans ma vie, m’effacer, me laisser dire, me laisser faire… Là ce que la Vie (par la voie de mon coach) me demande : c’est de réapprendre à briller… même si on me critique : la conviction en un projet de vie vient se renforcer plus on est critiqué ! Cette règle ne fait pas du tout de mon éducation d’où ma difficulté à comprendre. 

Nous en avons conclu aussi que j’étais une personne qui avait besoin de me positionner en « Sauveuse » dans le célèbre triangle de Karpman… C’est donc dans cette position que je créée mes penses, mes habitudes et qu’il faut surtout que j’accepte que certaines personnes ne veulent pas être sauvées et les laisser… que celles qui veulent être « sauvées » viendront, approuveront mon projet… et les autres, … peut être plus tard, peut être jamais… tant pis… 

Je suis d’accord avec cela car comme je le dis souvent, si je peux aider ne fusse qu’une seule personne par ce que je vous partage dans ce blog ou lors de mes ateliers, j’ai gagné ma journée, ma semaine… Car je sais que cette personne d’une manière ou d’une autre rayonnera sur les personnes qu’elle côtoie et cela aura un effet boule de neige sur ces autres personnes d’une manière ou d’une autre… 

Tout cela me dit qu’il est temps, temps de lever le voile, temps de laisser les personnes critiques me critiquer et rire de moi, temps de laisser les personnes qui croient en mon projet m’aider à avancer, ensemble… 

Dans une semaine, promis, je lance cela ! 

Et vous ? De quoi avez vous peur ? Qu’est ce qui vous empêche de mettre enfin votre projet de vie en place ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.